ASSOGBA S. Claude-Gervais, TOSSOU Rigobert Cocou, LEBAILLLY Philippe

1 Laboratoire de Recherche sur l’Innovation pour le Développement Agricole (LRIDA), Faculté d’Agronomie, Université de Parakou, Bénin
2 Laboratoire de Sociologie et de Vulgarisation Rurales (LSVR), Faculté des Sciences Agronomiques, Université d’Abomey-Calavi, Bénin
3 Unité Economie et Développement Rural, Gembloux Agro-Bio Tech,
Université de Liège, Belgique

Abstract : Benin soil is under a deep degradation mainly in the cotton production area. This article analyses farmers’ practices in organic matter management in Kandi to more understand the way in which these practices contribute to ensure soil fertility in organic cotton farming system. It’s based on a study carried out among 90 organic cotton producers, selected from a typology conceived on endogenous criteria of prosperity. Data were analyzed using descriptive statistics and means comparing tests for certain variables. The results reveal a diversity of practices of organic matter’s management used by organic cotton farmers to improve their soil’s fertility. 100%, 55% and 13% of respectively poor, moderately and rich farmers, used cow dung from Fulani Camp. The physical quality of drug from this source is higher than the quality of dung produced in open spaces used as garbage dumps. Household wastes, crops and agro-food processing residues; are mainly used by women. The choice of crops’ plots to be fertilized depends on the type of crops and farmers’ perception on the level of soil’s fertility. Furthermore, management of organic matter is a difficult task, constraining the reduction of crops areas to be fertilized. Only rich farmers own carts for organic matter transportation. So, the quantities of organic matter provided to crops, even if increase with the level of farmers’ prosperity, are largely below the recommendations. Therefore, strategies implemented by farmers in the management of soil fertility are based on an adaptation of organic matter inputs to resources available on the farm and couldn’t allow the nutritional requirements of cotton. So, current soil fertility management practices and living conditions of organic cotton farmers seem to more contribute to soil fertility degradation than it restoration. Further research is therefore needed to improve the effectiveness of these practices in restoring soil fertility.
Keywords: Organic matter, management, farming practices, organic cotton, North-East Benin.

Résumé : Dans un contexte de production agricole caractérisé par une dégradation accrue des sols et un gain d’intérêt pour une gestion durable des terres, le présent article analyse les pratiques paysannes de gestion de la matière organique au Bénin. Il s’appuie sur une étude menée auprès de 90 producteurs de coton biologique sélectionnés sur la base d’une typologie établie suivant des critères endogènes de prospérité. Les données ont été analysées grâce aux paramètres de la statistique descriptive et aux tests de comparaisons des moyennes de certaines variables. L’étude révèle une diversité de pratiques dans la gestion de la fumure organique. La bouse de vache constitue la principale forme de mobilisation ; 100%, 21% et 13% des exploitants respectivement pauvres, moyennement riches et riches l’obtienne par contractualisation avec les Peulhs. La bouse de vache collectée auprès des Peulhs présente une qualité supérieure à celle collectée sur le lieu de repos des animaux. Les déchets ménagers, résidus de récoltes et des transformations agro-alimentaires sont surtout utilisés par les femmes. Par ailleurs, le choix des parelles à fumer dépend du type de spéculations et du degré de niveau fertilité perçu par l’exploitation. La gestion de la matière organique s’avère être une tâche ardue au regard des superficies à fertiliser et des difficultés liées au transport. Les quantités de matière organique apportées restent largement en dessous des recommandations et connaissent une hausse à mesure que l’exploitant devienne plus prospère. Aussi, les stratégies mises en œuvre par les exploitants dans la gestion de la fertilité du sol sont-elles basées sur une adaptation des apports de matière organique aux moyens disponibles au sein de l’exploitation. En définitive, les pratiques et conditions actuelles de gestion de la fertilité des sols au sein des exploitations de coton biologique semblent contribuer davantage à la dégradation de la fertilité des sols qu’elles ne la restaurent. Il est donc nécessaire que des recherches plus approfondies soient menées pour mieux apprécier l’efficacité de telles pratiques dans la restauration de la fertilité des sols.
Mots clés: Gestion, matière organique, pratiques paysanne, coton biologique, Nord-est Bénin.

EnglishFrench