Dansinou Silvère TOVIGNAN, Koladé Raoul ADEGUELOU, Paul HOUNTONDJI, Amoudane BOURAIMA YACOUBOU

Université de Parakou, Faculté d’Agronomie, Bénin

Abstract : The development of rabbit breeding offers an entrepreneurial opportunity to youth in urban and peri-urban areas and ensures the accessibility of meat to a rapidly growing population. This study assesses the viability of rabbit farms in the municipal area of Parakou in Northern Benin. Then, data on the technical conduct of livestock, zootechnical and economic parameters were collected from 49 randomly selected farms. The hierarchical ascending classification with Ward criterion, applied to 9 relevant zootechnical variables (farm size and cleanliness, operation rate, average litter, number of breeding female, mortality rate, real growth, sanitary prophylaxis, provender quality) served to evaluate the technical viability. As for economic viability, production costs, gross income, profitability margins, and cost-benefit ratio were calculated. The viability classes obtained were differentiated using descriptive statistics (mean, frequency), the Chi-square independence and the mean comparison tests (ANOVA1 and Kruskal-Wallis). The results showed that 22.4% and 49% of farms are respectively technically and economically viable. In addition, 66.66% of economically viable farms are not technically viable and only 16.3% are both technically and economically viable. These results suggest that very few breeders respect technical standards, which has a negative impact on the economic viability. It is therefore important that the extension services increase their intervention with rabbit breeders. In addition, actions must be taken to improve their sanitary and food conditions.
Keywords: Rabbit farms, technical viability, economic viability, urban agriculture, Parakou, Benin.

Résumé : Le développement de la cuniculture offre une opportunité entrepreneuriale aux jeunes en milieux urbain et périurbain et assure l’accessibilité en protéine animale. Cet article évalue la viabilité des exploitations cunicoles de Parakou au Nord-Bénin. Les données relatives aux caractéristiques de l’exploitant, à la conduite de l’élevage et aux paramètres zootechniques et économiques ont été collectées auprès d’un échantillon aléatoire de 49 chefs d’exploitations cunicoles. La classification ascendante hiérarchique avec le critère de Ward, appliquée à 9 variables zootechniques pertinentes (taille et propreté de l’exploitation, taux d’exploitation, portée moyenne, nombre de femelles reproductrices, taux de mortalité, croît réel, prophylaxie sanitaire, qualité de la provende) a permis d’évaluer la viabilité technique. Quant à la viabilité économique, les coûts de production, le revenu brut, les marges de rentabilité et le ratio bénéfice-coût ont été calculés. Les classes de viabilité obtenues ont été différenciées à l’aide de statistiques descriptives (moyenne, fréquence), du test d’indépendance de Khi deux et des tests de comparaison de moyennes (ANOVA1, Kruskal-Wallis). Les résultats montrent que 22,4% et 49% des exploitations sont respectivement techniquement et économiquement viables. De plus, 66,66% des exploitations économiquement viables ne le sont pas techniquement et seulement 16,3% sont à la fois techniquement et économiquement viables. Il ressort de ces résultats que très peu de cuniculteurs respectent les normes techniques d’élevage, ce qui se répercute négativement sur la viabilité économique. Il importe donc que les services d’encadrement technique accroissent leur intervention auprès des éleveurs cunicoles. De plus, des actions doivent être prises pour améliorer leurs conditions sanitaires et alimentaires.
Mots clés: Exploitation cunicole, viabilité technique, viabilité économique, agriculture urbaine, Parakou, Bénin.

EnglishFrench